Les Néons …..à la Maison Rouge……

Je ne connaissais pas Maison Rouge

L’entrée de la galerie m’a un peu interloqué, je n’y étais jamais allée, et si je pensais que l’espace était confiné, et bien j’avais tord…

C’est un savant mélange entre un musée d’art Moderne comme le MAC à Marseille et une galerie …

C’est la première grande exposition internationale consacrée au néon dans l’art des années 1940 à nos jours.

Certaines des œuvres sont historiques ou inédites. De nombreuses œuvres d’artistes se côtoient dans une multitude de couleurs où réalisme et rêverie se confrontent se télescopent avec gaité et solitude…

Aspect froid ou chaud, leurs propriétés sont communes, inodores et incolores…..

La première présentation publique de l’invention du néon, crée par un français Georges Claude, a eu lieu à l’Exposition Universelle de Paris, en 1912.

Cent ans exactement nous sépare de cette création extraordinaire, invention reprise et diffusée largement dans le monde de la consommation de masse…

J’ai remarqué :

Bruce Nauman,  avec Big welcome, 1941

Jean-Michel Alberola, avecrien, 2011

Brigitte Kowarz, avec Arise,2008

Stefan Brüggemann,avec This work should be turn off when I die,1975

Publicités

English Man In New York (Un Anglais À New York)….

 Cette chanson m’a trotté dans la tête toute l’après midi, va savoir…

Peut être parce que je suis une Marseillaise à Paris….

English Man In New York

I don’t drink coffee I take tea my dear
I like my toast done on the side
And you can hear it in my accent when I talk
I’m an Englishman in New York

See me walking down Fifth Avenue
A walking cane here at my side
I take it everywhere I walk
I’m an Englishman in New York

I’m an alien
I’m a legal alien
I’m an Englishman in New York

If « manners maketh man » as someone said
Then he’s the hero of the day
It takes a man to suffer ignorance and smile
Be yourself no matter what they say

I’m an alien
I’m a legal alien
I’m an Englishman in New York

Modesty, propriety can lead to notoriety
You could end up as the only one
Gentleness, sobriety are rare in this society
At night a candle’s brighter than the sun

Takes more than combat gear to make a man
Takes more than license for a gun
Confront your enemies, avoid them when you can
A gentleman will walk but never run

If « manners maketh man » as someone said
Then he’s the hero of the day
It takes a man to suffer ignorance and smile
Be yourself no matter what they say

I’m an alien
I’m a legal alien
I’m an Englishman in New York

English Man In New York (Un Anglais À New York)

Je ne bois pas de café je prends du thé mon cher
J’aime mon toast grillé à côté
Et vous pouvez l’entendre à mon accent lorsque je parle
Je suis un anglais à New York
Regardez moi descendre la Cinquième Avenue
Une canne ici à mes côtés
Je la prends partout où je vais
Je suis un anglais à New York

Je suis un étranger, je suis un étranger légal
Je suis un anglais à New York
Je suis un étranger, je suis un étranger légal
Je suis un anglais à New York

Si les manières font l’homme comme quelqu’un l’a dit
Alors il est le héros du jour
Cela forge un homme de tolérer l’ignorance en souriant
Sois toi-même ne t’occupe pas de ce qu’ils disent

Refrain

Modestie, bienséance peuvent conduire à la notoriété
Vous pourriez en conclure qu’il est le seul
Douceur, sobriété sont rares dans cette société
La nuit une bougie est plus lumineuse que le soleil

Il faut plus d’une tenue de combat pour faire un homme
Il faut plus qu’un permis pour un revolver
Fais face à tes ennemis, esquive-les quand tu le peux
Un gentilhomme marchera mais ne courra jamais

Si les manières font l’homme comme quelqu’un l’a dit
Alors il est le héros du jour
Cela forge un homme de tolérer l’ignorance en souriant
Sois toi-même ne t’occupe pas de ce qu’ils disent…

  http://www.youtube.com/watch?v=flWP28y2cyw

Toutefois, ce n’est pas ce post qui va faire avancer les autres et plus particulièrement mes Passionnantes Lectures Suivantes : Mieux vaut en rire d’Alix Etournaud,  Une année studieuse d’Anne Wiazemsky ou encore Les débutants d’Anne Serre, et le dernier L’envie de Sophie Fontanel….

FRANKENSTEIN JUNIOR…

La comédie musicale FRANKENSTEIN JUNIOR, inspirée du film culte de Mel Brooks sorti en 1974 est au Théâtre Déjazet !

Je ne connaissais pas ce théâtre, vieux théâtre français, né en 1854, il est très vieillot, comme de nombreuses salles à Paris, inconfortable comme il se doit quand on est grand… mais bon, si on n’aime pas le théâtre on n’y va pas ….

Cette pièce vous fera rire aux éclats.

Frankenstein Junior est un film de Mel Brooks (livret et chansons) d’après le roman Frankenstein ou le Prométhée moderne, de Mary Shelley.

Ce spectacle a été joué à Broadway, et est toujours jouée, je crois…

Tout le monde connait l’histoire : Le Dr. Frankenstein, professeur du cerveau aux États Unis, doit aller en Transylvanie pour la succession de son célèbre grand-père. Mais dès arrivé sur la place, la folie familiale l’accable, il décide de créer à son tour un monstre à partir de cadavres, avec l’aide de son fidèle serviteur Igor et la belle Inga …

Le spectacle est amusant, les comédiens performants, de vrais professionnels, chant, danse, claquettes, en français, anglais…

Vincent Heden sort du lot, malgré la performance des autres acteurs…

J’ai trouvé plus gênant que la scène soit si étriquée, les comédiens semblaient avoir besoin de plus de place et de liberté, je regrette toutefois que la musique ne soit pas en live…

J’ai remarqué que la deuxième partie du spectacle est un peu longue, sans doute fatiguée par la journée, j’étais moins réceptive à cette partie-là… Mais 2h15 !! Tout de même…

Du 14 octobre 2011 au 19 février 2012

THÉÂTRE DEJAZET
41 BD DU TEMPLE
75011 PARIS

A la rencontre du Castor Astral…

L’histoire : c’est la rencontre aussi improbable qu’inattendue de deux individus Marc Torralba et Jean-Yves Reuzeau, qui travaillent ensemble depuis 35 ans à la publication de livres de poésie ou de musique…

Jean-Yves est devenu un biographe incontournable de Jim Morrison, et étrangeté de la vie : quelque temps plus tôt j’étais au Père Lachaise voir sa tombe …

Bref, Le Castor Astral est une maison d’édition, et non, ce n’est pas un animal qui voyage dans les étoiles, non, non…

J’ai donc appris ce qu’était un diffuseur… mais aussi, comme dans tout corps de métier qui se respecte les créateurs contre les commerciaux… Bêtes noires que ces commerciaux !!!

Mais rude loi du marché …

On est obligé de passer par eux…

Les débats ont été vifs sur ce thème et pour ma part, j’ai trouvé ça marrant, qu’on soit dans une banque, une association ou une administration, il y a le front ou back office, les administratifs contre les commerciaux, les techniciens contre les commerciaux, et etc, et etc …

Éternels débats…

J’ai compris que Wikipédia n’est pas LA vérité.

Si Wikipédia dit que les cochons volent et bien non, ils ne volent pas forcement !!!

J’ai appris ce qu’était un trickster, sorte de farfadet, cyclothymique, comme le yin et le yang, ce fripon farceur est un esprit qu’on ne peut pas gérer…

J’ai appris que le présent de narration  a un côté intime, et a moins de profondeur dans le récit que le passé simple ou le passé composé… et qu’il faut être brillant si on veut l’employer… Ce n’est donc pas pour moi… pas encore… Le souvenir et la mémoire…

J’ai rencontré une artiste dont les dessins font penser à de l’héroic fantaisie : Maud Chalmel…

La galerie de Véra Ansellem….

Ici plus de Gagosian…

Ici, on est dans le vrai…. « Être artiste, c’est inventer sa vie » et Véra a su le faire : Il y a 3 ans et des poussières… elle a choisi d’être galeriste pour notre plus grand plaisir !!

Et, si je vous l’ai pas dit, elle resplendit, elle est belle, ce qui ne gâche rien… Mais j’ai oublié de faire une photo…

Tant pis… Mais j’en ai trouvé une …

C’est mon coup de cœur de ce mois de février….

Ce mois-ci 5 artistes se partagent l’espace,

 

Il y a Xavier Devaud, c’est lui qui a croqué les acteurs de
Les Liaisons dangereuses, qui se jouent actuellement à l’Atelier… (Voir mon article à ce sujet)

Ces dessins crachent d’intensité, c’est un enchevêtrement de corps, de traits, serrés les uns contre les autres qui se tiennent chauds, il entremêle les corps ou les sépare … et cette séparation crée le vide, qui parfois dérange à côté de ces corps si serrés…..Il crée une intimité riche en  émotion.

 

Il y a Arnaud Franc, une émotion vraie et franche et …contradictoire….

Ses corps sont structurés et déstructurés, une lame de couleur traverse mon corps… c’est violent, fort et intense et vif et compact et extrême… (Décidément, il faut que je m’achète un dico sur les synonymes :-))

 

Il y a Hélène Loussier, proche du rêve…

Il y a Alain Husson-Dumoutier, travail du sable et de la couleur….

Il y a Philippe Massis, peintre exigeant et peinture protéiforme….

Je ne suis pas critique, aussi je ne sais pas forcement trouvé les mots qu’il faut… ce dont je suis certaine, c’est qu’il y a des moments de fortes émotions, et c’est ce qu’il s’est passé chez Véra…

Quelques liens :

http://www.galerieveraamsellem.com/expo.htm#

http://www.dailymotion.com/video/xcygn2_performance-xavier-devaud_creation

http://www.arnaudfranc.com/arnaud_franc/presentation.html

http://www.loussier.net/

http://www.philippemassis.com/Massis/info.html

http://www.husson-dumoutier.fr/

Ça se passe au 48 rue du Roi de Sicile, 75003 Paris, à partir de 11h du mat…

le rêve….

Anaïs Nin a dit :  » les rêves sont nécessaires à la vie »

 

 

 

Constantÿn Huygens a dit : « La vie est un rêve, mais rêver n’est pas vivre.  »

 

 

Duc de Saint-Simon a dit : « Une idée sans exécution est un songe.  »

 

 

 

William Shakespeare a dit : « Nous sommes de l’étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil.  »

 

 

 

On dit que le rêve est le contenu psychologique de nos envies de demain ….On dit qu’on cherche à élucider notre lendemain en l’éclairant de nos rêves….

« L’oiseau en cage rêvera des nuages.  » Proverbe japonais

Il n’y a pas d’exposition sur le rêve… cette année, du moins pas encore … Mais il y en avait une l’an dernier …………

Ce post est dédié à tous les rêveurs qui se transcendent pour réaliser leurs rêves …



Les gallery and Cie… La Gagosian

Je vu pour vous….et on nous prend pour des quiches…Je ne sais pas encore si je ne devrais pas faire des rubriques spéciales??? Des rubriques comme j’ai testé pour vous ….radin chic ….portraits de femmes…Mais bon ….


Revenons à la Gagosian Gallery, l’art et le commerce, l’art et le marketing … et les hautes sphères d’un commerce juteux et que je ne cautionne plus car dépasse mon entendement….Je m’explique : DAMIEN HIRST à la Gagosian Gallery.


Le concept est intéressant : c’est une exposition mondiale, elle est dans les 11 espaces de la Gagosian Gallery, et les pièces exposées sont essentiellement prêtées par des collectionneurs, musées ou autres.

Le thème de l’exposition  sont les pois, mais là où Kusama déclenche émotion et sensualité, ici ce sont des pois colorés qui évoquent le monde médical et aseptisé mais là pas de lyrisme, pas d’émoi, de trouble…..


Il parait que son crâne « For the love of God », (en platine et avec plus de 8000 diamants) vendu en 2007, a été acheté par un groupe d’investisseurs dont il faisait parti, pour que sa cote ne s’effondre pas….

Tout ça pour dire que bof bof bof, ça me laisse indiférente …..C’est comme Gursky : est ce que l’on se rappellera d’eux dans 200 ans ?