La mélancolie du dimanche par Christine Orban ……

 

Auteur : Christine Orban

Titre: La mélancolie du dimanche

2004

J’ai découvert ce livre en attendant les copines pour le café du jour, il trainait là sur l’étagère.

La photo était belle et l’auteur fait partie de mes amies sur Facebook……d’où cette irrésistible envie de le lire……

J’ai donc emprunté le livre à ce charmant troquet, j’y retourne bientôt, et je le glisserais innocemment sur l’étagère …….

Et c’est fait !!! Mea culpa :-))

 

 

Ca parle de quoi ? D’amour……. Et j’avoue que la quatrième de couverture est tentante très…

« Les dimanches ne sont pas des jours comme les autres. Surtout quant une jeune femme retrouve la lettre perdue de l’homme qu’elle a aimé, dix ans auparavant. Se débarrasse-t-on jamais des histoires inachevées ? »

Et voilà, j’étais harponnée, je voulais savoir la suite

Je voulais connaitre le contenu de la lettre …….

Et bien entendu, pas de lecture de lettre, et son contenu est révélé à la fin……

 C’est la mise en scène d’Indiana, référence à Indiana Jones, qui prouve que cette charmante jeune femme ne doit pas être très âgée…..

Elle hésite à ouvrir la lettre d’une personne si chère à ses yeux… d’un amour si…ultime.

Peut être les impressions latentes étaient si vraies, si intenses  et sa peur de vivre entièrement son amour pousse la narratrice à être toujours border line. Comme le flux et le reflux, elle danse sur la corde du désir, du mal être quand arrive le jour du repos.

C’est tendre mais je trouve l’écriture déchirante, c’est sensible, mais pour moi épuisant….

 Cette quête d’un destin mélangé, d’espoirs inavoués et d’amour perdu appelle à la rêverie.

 Le style est efficace, merveilleusement écrit, sans conteste. L’ensemble résonne mélodieusement.

Finalement, la jeune femme n’était pas prête à lire cette lettre, qui pouvait contenir les terribles mots d’une rupture….

En voulant d’abord la cacher, cette lettre a fini par se perdre.. puis dix ans plus tard, elle réapparaît un dimanche, ça ressemble à une arnaque de la vie, une claque, une tornade … Et les dimanches dans nos vies nous sont racontés sinistrement et trouve une étrange résonnance avec mes dimanches à moi, ça colle à la réalité.

La narratrice revient sur cet amour, l’amour pour cet homme à la fois si beau et si odieux et si douloureux, une histoire inachevée… assez destructrice en fin de compte…..  Mais c’est ça l’amour,n’est ce pas?  Cette chose odieuse qui vous transperce et vous lamine ?

L’histoire est lente, trop lente.

Beaucoup de jolies phrases qui brodent sur le silence.

Je dois avouer qu’il faut attendre presque 150  pages pour savoir si elle ouvre cette lettre, c’est un peu long tout de même ……..

Et la lectrice que je suis est frustrée, par une attente trop longue. Je suis  partagée entre séduction et maussaderie, et finalement « La mélancolie du dimanche » reste une jolie histoire qui se lit par un dimanche pluvieux……

Ma balade au Père Lachaise…

La  Tombe de Jim Morrison :
Nous n’avons mis qu’une heure pour la trouver! Ah bravo!
La prochaine fois je m’organise mieux, je prends un guide avec la liste des tombes on fera une balade de deux heures mais au moins efficace…
Cette tombe est assez quelconque, ce n’est qu’une stèle de marbre gris … Je m’attendais à une sculpture, mais j’ai appris que le buste de Mladen Milkulin a été volé…il y a longtemps…
Puis nous avons vu celle d’Oscar Wilde, là c’est de l’art nouveau, mais des  plaques de verres de deux mètres de haut nous séparent du monument, et fait étrange : des  marques de rouge à lèvres salissent les parois de verre !!!!  Hum, c’est bizarre de vouloir montrer son admiration ou son attachement à quelqu’un qui est mort…J’ai toujours été surprise par ce phénomène qui fait penser que le mort est toujours avec nous….
Je suis peut-être plus romantique mais la tombe de l’écrivain du portrait de Dorian Gray m’a plus émue…

Continuons par ce que j’aime le plus  : manger!!

En sortant du Père Lachaise, avant de reprendre le métro, à la Brasserie du Rond Point, Les crêpes sont excellentes…Au Nutella, bien sur! et en plus, il y a la dose qu’il faut… Quand il fait froid c’est divin …