Les Tendres Plaintes De Yoko Ogawa…..

C’est l’histoire de Ruriko. Elle  est calligraphe. Elle s’enfuie à la suite des infidélités de son mari, mais aussi sa douleur de se voir frappée, et elle part s’installer seule en pleine montagne, dans le chalet de ses parents. Elle rencontre Nitta, pianiste reconverti dans la fabrication de clavecins, désormais incapable de jouer en présence d’autrui. Auprès de lui se trouve Kaoru, sa jeune assistante également musicienne, ainsi qu’un vieux chien sourd. Un soir d’orage, Kaoru passe au chalet de l’arrivantepour lui apporter des bougies. Ainsi nait une sorte d’amitié  et d’amour difficilement ficelées et entremêlés l’une à l’autre, Rukiko se perd dans cette étrange relation.

C’est une femme entre 2 amours et entre 2 vies….

La description des états d’âmes des ces personnages est superbe. On ressent quasi physiquement ce qui se passe dans le corps et la  tête de l’héroïne.

Et la fin est également ambigüe. Je crois que les livres ou les films, qui me perturbent le plus, sont les fins pas claires, pas carrées, je crois que j’aime la certitude que demain restera comme aujourd’hui….

Est-ce si difficile de prendre son destin en main ?

Je me demande si la peur retient les sentiments et empêche d’aller de l’avant.

Je me demande comment partir, et pourquoi partir.

L’insatisfaction, ou le véritable désir d’aller à la recherche de sentiments forts.

Il faut du courage pour partir et prendre son destin en main. Et même si c’est difficile, comment y arriver ? Comment trouver ce courage ?  Où aller puiser cette force ?

Toutefois, Ruriko reste, tout au long du roman, un personnage désespérément seul. Et cette solitude est inhérente en chacun de nous ?

Publicités

A la rencontre du Castor Astral…

L’histoire : c’est la rencontre aussi improbable qu’inattendue de deux individus Marc Torralba et Jean-Yves Reuzeau, qui travaillent ensemble depuis 35 ans à la publication de livres de poésie ou de musique…

Jean-Yves est devenu un biographe incontournable de Jim Morrison, et étrangeté de la vie : quelque temps plus tôt j’étais au Père Lachaise voir sa tombe …

Bref, Le Castor Astral est une maison d’édition, et non, ce n’est pas un animal qui voyage dans les étoiles, non, non…

J’ai donc appris ce qu’était un diffuseur… mais aussi, comme dans tout corps de métier qui se respecte les créateurs contre les commerciaux… Bêtes noires que ces commerciaux !!!

Mais rude loi du marché …

On est obligé de passer par eux…

Les débats ont été vifs sur ce thème et pour ma part, j’ai trouvé ça marrant, qu’on soit dans une banque, une association ou une administration, il y a le front ou back office, les administratifs contre les commerciaux, les techniciens contre les commerciaux, et etc, et etc …

Éternels débats…

J’ai compris que Wikipédia n’est pas LA vérité.

Si Wikipédia dit que les cochons volent et bien non, ils ne volent pas forcement !!!

J’ai appris ce qu’était un trickster, sorte de farfadet, cyclothymique, comme le yin et le yang, ce fripon farceur est un esprit qu’on ne peut pas gérer…

J’ai appris que le présent de narration  a un côté intime, et a moins de profondeur dans le récit que le passé simple ou le passé composé… et qu’il faut être brillant si on veut l’employer… Ce n’est donc pas pour moi… pas encore… Le souvenir et la mémoire…

J’ai rencontré une artiste dont les dessins font penser à de l’héroic fantaisie : Maud Chalmel…

La question est : qu’est ce qui interesse mes lecteurs?

Bonne question à laquelle je n’ai pas encore de réponses …

J’écris pour vous qui ne me lisez pas encore et pour moi, parce que finalement j’aime écrire ….

Évidement, je ne suis pas Marguerite Duras, ou Jane Austen, Mais je peux faire des fiches de lecture…

En attendant, je vais vous parler de celui-là, les critiques sont unanimes… aussi, je l’ai commandé sur Amazon, (bien sur, c’est tellement plus facile… pourtant j’aimais bien les librairies….)

C’est une histoire de peoples, et comme mes peoples ont tous plus de 200 ans, je m’actualise….

J’ai envie de lire ce livre car Anne Wiazemsky a refusé les diktat de sa vie bourgeoise pour faire ce qui lui tenait à cœur…

Aurais-je le même courage?